Voir la version en ligne
 
 
 
Lettre d’information - Actualités
FloriHebdo - Lettre #15 - 30 juin 2020
 
 LECTURES ET FESTIVALS DE L'ÉTÉ
 
FloriHebdo - Lettre #15
 
Les festivals de l’été 2020, pour la plupart, sont reportés à l’automne ou à l’année prochaine, comme le Marathon des Mots à Toulouse (en novembre) ou le festival de la Correspondance à Grignan (en juillet 2021). Entre-temps, les organisateurs des deux manifestations proposent aux dates habituelles des rendez-vous littéraires en ligne : une « lecture en feuilleton », des concerts et des entretiens. Les Rencontres d'été théâtre & lecture en Normandie, créées en 2002 par la Compagnie PMVV le grain de sable, sont maintenues, du 18 juillet au 23 août, avec pour thème les « Couleurs du temps ». Au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle, le colloque (du 10 au 17 août) sur « Les morales de Diderot » aura bien lieu.
La diffusion de FloriHebdo#, dont toutes les éditions sont archivées sur notre site, se termine avec le mois de juin et le début des vacances d’été. Pour ce dernier numéro, outre les événements culturels soutenus par la Fondation La Poste, nous vous présentons un choix de livres parus récemment.
Bonnes lectures, bel été à tous ! Et à la rentrée, avec la 212ème publication de FloriLettres !

 
NATHALIE JUNGERMAN
 
PS : Le 10 juillet, nous vous enverrons une newsletter qui révélera les ouvrages en lice du Prix « Envoyé par la Poste ».
 
FESTIVAL DE LA CORRESPONDANCE 2020 - NUMÉRIQUE
 
L’édition 2020 est reportée à l’année prochaine. Pour autant, du 7 au 11 juillet, des formes nouvelles de rencontres sont à découvrir sur les pages du site Internet du festival de la Correspondance, sur Zoom ou en direct sur Facebook .
La 25ème édition aura lieu en juillet 2021 sur le thème
« Révolutions ».
 
Site du festival de Grignan
 
AU PROGRAMME (sélection)
Le 7 juillet :
15h : Rencontre littéraire sur Zoom avec Manuel CORNEJO, Prix Sévigné de l’année, autour de la Correspondance de Maurice Ravel, animée par Catherine Pont-Humbert.
17h : Lecture en feuilleton (tous les jours à 17h) avec Anne PAULY, Avant que j’oublie, Verdier, 2019, Prix Envoyé par la Poste.
Le 8 juillet :
15h : Rencontre littéraire sur Zoom avec Paule DU BOUCHET pour son livre Emportée (Actes Sud, 2011), réédité en 2020 avec une correspondance inédite de sa mère Tina Jolas, animée par Catherine Pont-Humbert.
Le 10 juillet :
15h : Rencontre sur Zoom avec Maria DE MEDEIROS animée par Catherine Pont-Humbert autour de sa correspondance numérique avec Stéphane ZAGDANSKI, disponible sur Youtube
16h30 : Remise du Prix de la Correspondance numérique en direct sur Facebook
Le 11 juillet
19h : « Une lettre de.. » en compagnie de Victoria SITJA, Julia DE GASQUET et Nathanael GOIN, pianiste (lecture de la lettre d’Isabelle ADJANI à Augustin TRAPENARD)
 
 
CORRESPONDANCE VIDÉO
par Maria DE MEDEIROS et Stéphane ZAGDANSKI
 
20 lettres (de septembre 2014 à juillet 2015)
 
 
Paule du Bouchet, Emportée.
Éd. Actes Sud. Par Corinne AMAR (FLoriLettres n°124)
 
L’héroïne s’appelle Tina Jolas. Ethnologue, elle était l’épouse du poète André du Bouchet. C’est la mère de l’auteur. Elle évoque la « désentente amoureuse » de
ses parents, mais surtout, en 1957, la foudre qui s’abat sur la famille, sur son père, ami de René Char, son aîné de vingt ans, sur sa mère, qui tombe éperdument
amoureuse de Char, sur elle, petite fille de 6 ans qui voit sa mère lui échapper, partir finalement. « Je ne peux parler de ma mère sans évoquer les contours d’un paysage étrange qui me constitue. Celui que, parfois en toute conscience, parfois sans le savoir, je cultive comme un jardin secret. Celui de la disparition. » Dès lors, l’enfant vit dans l’effondrement d’avoir perdu sa
 
mère tout entière vouée à sa passion pour un homme, un grand poète, loin de Paris. Alors, dans les fureurs du secret et des tempêtes, elle prie pour qu’il disparaisse. Ainsi, pense-t-elle récupérer sa mère. Mon Dieu, faites qu’il meure. Il ne mourait pas, et il était le Dieu de ma mère. Leur liaison – ils ont échangé près de six mille lettres – ce secret d’amour durera trente ans. Des lettres de Tina à sa meilleure amie, reproduites ici, ajoutent à la confession ; portrait en filigrane de la mère et, par là-même, de sa fille. René Char meurt en 1988, après avoir épousé une autre femme. Un drame pour Tina. Elle, est emportée par un cancer en 1999. Ses lettres qu’elle adressait sont les mots du bonheur radieux, inconditionnel, et ceux des tumultes de son amour pour Char. C’est intense, ces lettres d’amour et de passion pour un homme, tout ce qu’elles disent, et aussi, ce qu’elles questionnent. « Pourquoi ? ». Elle recopiait des poèmes, elle remplissait des pages, elle s’interrogeait. L’amour échappe au pourquoi.
 
RENCONTRES D'ÉTÉ THÉÂTRE & LECTURE EN NORMANDIE
Compagnie P.M.V.V. le grain de sable
19ème édition « Couleurs du temps »
Du 18 juillet au 23 août 2020
 
Depuis 2002, les Rencontres d’été théâtre & lecture en Normandie célèbrent l’écriture et s’engagent en faveur de la transmission. L’association propose plus de quatre-vingt rendez-vous dans des lieux souvent
 
remarquables du patrimoine de quinze villes et villages de Normandie. «  L’art, la création, le rapport au réel sont au cœur de cette 19ème édition conçue en complicité avec le 4ème festival Normandie Impressionniste. La programmation propose d’aborder aussi bien le vaste champ d’expérimentations artistiques qu’a représenté le temps de l’impressionnisme à partir du milieu du XIXème siècle, que des thèmes liés à notre monde actuel en pleine mutation. Avec une attention à l’ordinaire, au quotidien, en référence à l’élan avant-gardiste des impressionnistes, ouverts à tous les aspects de la vie et de la société ou de la psychologie humaine, nous vous invitons à explorer les relations entre la littérature et le réel. » Philippe Müller & Vincent Vernillat, Compagnie PMVV le grain de sable.
À chaque édition du festival, le genre épistolaire est exploré avec de nouvelles lectures de correspondance et des actions spécifiques vers le jeune public.
Pour cet été :
  • Trois ateliers d’écriture animés par David Dumortier
  • Une lecture-rencontre avec Robert Cottard (lauréat du Prix des postiers écrivains 2020 pour son livre Les Calendriers)
  • Cinq lectures de correspondances d'artistes majeurs de l'histoire de l'art.
 
 
EN SAVOIR +
 
 
RETROUVEZ LE MARATHON DES MOTS EN LIGNE
 
« Nous n’avions pas envie de laisser passer l’été sans envoyer quelques « cartes postales » littéraires au public si fidèle du festival avant de le retrouver du 26 novembre au 6 décembre 2020. Ce Marathon en ligne est un court voyage en Europe au temps du COVID-19 pour faire entendre, par le biais de brefs entretiens avec la journaliste Kerenn Elkaïm, la voix de huit écrivains (Seham Boutata, Bernard Chambaz, Louis-Philippe Dalembert, Diana Evans, Ivan Jablonka, Dario Levantino, Éléonore Pourriat et Manuel Vilas), venus d’Espagne, d’Italie, de France et d’ailleurs... ; pour découvrir, enregistré depuis le Théâtre Sorano, le chanteur et musicien Elias Dris qui proposera avec la comédienne Judith Henry et l’écrivain Guillaume Poix en décembre prochain une adaptation littéraire et musicale d’Orlando de Virginia Woolf et enfin pour rendre hommage au regretté Luis Sepúlveda avec la complicité du comédien toulousain Bruno Ruiz.» Serge Roué, directeur et programmateur de la manifestation.
Bruno Ruiz lit Luis Sepúlveda
 
 
LES RENCONTRES en ligne
 
 
COLLOQUE DE CERISY • LES MORALES DE DIDEROT
Du lundi 10 août (19 h) au lundiI 17 août (14 h) 2020
 
L'athéisme est-il compatible avec la morale ? Cette question, Diderot se l'est posée tout au long de sa vie dans ses œuvres philosophiques, théâtrales et romanesques, ainsi que dans sa correspondance avec Sophie Volland. Pendant longtemps, il a cru pouvoir fonder une morale universelle sur des principes autres que religieux, mais il n'a jamais pu refouler la tentation du relativisme moral, la revendication de morales particulières, sinon l'absence de toute morale.
 
 
LE PROGRAMME
 
DES LECTURES POUR CET ÉTÉ
Béatrix Beck. Devancer la nuit, suivi de Correspondance avec Roger Nimier.
Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation La Poste. Par Gaëlle OBIÉGLY
 
Dans Devancer la nuit, Béatrix Beck ravive la mémoire de son amitié avec Roger Nimier. Ils se sont fréquentés de 1951 à 1962, année de la mort de Nimier.
(...) Devancer la nuit fait alterner les lettres et les passages dialogués, en écho sans doute à ce qui constitua la relation de Beck et Nimier dont les échanges ne sont pas seulement épistolaires. Ils se sont vus à l’occasion de cocktails, de déjeuners. En privé et dans les circonstances qu’offrait la vie littéraire de leur temps.
 
LIRE l'article et ÉCOUTER un extrait
 
 
Yànnis Palavos, Blague. Traduit du grec par Michel Volkovitch. Quidam éditeur.
Par Corinne AMAR
 
Ces dix-sept nouvelles – tantôt mini récits, tantôt journal ou faux journal, chroniques de la vie quotidienne – mêlant réalité et fantastique, et magnifiquement traduites, nous parlent de scènes de tous les jours à la campagne, dans cette Grèce rurale du Nord que Yànnis Palavos connaît bien. Le ton est drôle tant cela sonne juste – pour peu qu’on ait de l’imagination aussi...
 
Etgar Keret, Incident au fond de la galaxie. Traduit de l’hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech, L’Olivier. Par Corinne AMAR
 
Ici, vingt-deux nouvelles, cocasses ou mélancoliques, nourries d’absurde, de poésie et d’humour noir, avec un sens de l'image et des dialogues où l’on reconnait la touche du scénariste de films tout autant que l’influence de Kafka. Chez Etgar Keret, il n’est pas rare qu’un poisson rouge saute hors de son bocal pour regarder la télévision dans un fauteuil...
 
 
 
 
 
 
 
Par Élisabeth MISO :
Aslı Erdoğan, Requiem pour une ville perdue. Actes Sud
Oliver Sacks, Chaque chose à sa place. Christian Bourgois
Chantal Thomas, Café Vivre. Chroniques en passant. Seuil, Fiction & Cie
 
Dominique Missika, Un amour de Kessel, Seuil.
Par Corinne AMAR
 
« Fils d'émigrés russes d'origine juive, né en Argentine. Mon père est né en Lituanie, à l'intérieur de l'immense ghetto juif qui allait de la mer Noire à la Baltique. » C’est ainsi que Joseph Kessel se présentait aux journalistes, la cigarette près de la bouche, avec sa voix grave et sa stature séduisante de colosse baroudeur, lorsqu’on lui demandait d’où il venait.
 
LIRE la suite de l'article
 
Cet email a été envoyé à nathalie.jungerman@laposte.net.
 
 
© 2017 Fondation d'entreprise La Poste