Voir la version en ligne
 
 
 
Lettre d’information - Actualités
FloriHebdo - Lettre # 1 - 25 mars 2020
 
LE COURAGE
 
FloriHebdo - Lettre # 1
 
 
En cette « période inédite », telle est l’expression entendue sur les ondes, dans ce confinement et cette attente qui nous concernent tous, — tous, excepté ceux qui travaillent avec courage et acharnement pour sauver des vies, ceux dont l’activité est essentielle pour le pays —, nous avons pensé qu’une newsletter hebdomadaire apporterait une petite échappatoire le temps de la lecture. D’autant plus que la première de cette série est dans le droit-fil du Printemps des Poètes ayant pour thème « Le Courage ». Bien sûr, les dates de la manifestation ne sont plus de cette saison car les rendez-vous se sont interrompus le 13 mars pour les raisons que vous connaissez. Mais la plupart sont reportés.
Nous évoquerons les deux figures marquantes de cette 22ème édition : Pierre Soulages qui a signé l’affiche (le « Portrait » du peintre par Corinne Amar sera publié la semaine prochaine) et Sandrine Bonnaire que Sophie Nauleau, directrice du festival poétique, a choisie pour marraine.
Toute l’équipe, de la Fondation La Poste (partenaire du Printemps des Poètes depuis 1999) et de FloriLettres, vous souhaite courage, patience et vigilance. Bonne lecture ! Prenez soin de vous.
 
NATHALIE JUNGERMAN
 
 
 
© Pierre Soulages, photographie Christian Bousquet. (Musée Soulages - don des amis du musée Soulages)
 
 
Sandrine Bonnaire
© Caroline Bottaro
 
 
 
« Dans les années soixante et soixante-dix, j’ai souvent mis le noir en relation avec de l’ocre et surtout du bleu. Le rapprochement d’un noir et d’un bleu m’a toujours paru quelque chose de très sensuel… », dit Pierre Soulages à Françoise Jaunin dans ses entretiens publiés à La Bibliothèque des Arts (Lausanne, 2014). Pour l’affiche de la 22ème édition du Printemps des Poètes, Sophie Nauleau a sollicité le peintre qui fêtait son centenaire en décembre 2019 et exposait au Louvre, jusqu’au 9 mars 2020, une sélection de toiles représentant les huit décennies pendant lesquelles il a développé ses recherches.
« Une œuvre d’art est d’abord et fondamentalement une expérience poétique », affirme Pierre Soulages qui a choisi, pour le Printemps des poètes, une peinture de 1967 où la gravité du noir côtoie et éclaire un bleu profond. À cette époque, la couleur qui contient en elle toutes les autres n’a pas encore envahi l’espace pictural : l’« Outrenoir » se substituera au « Noir-lumière » à partir de 1979. L’abstraction de l’œuvre et sa frontalité conviennent au thème de cette année : « Le Courage », qui aujourd’hui, a une résonance particulière. Il succède à « La Beauté » (affiche d’Enki Bilal) et à « L’Ardeur » (affiche d’Ernest Pignon-Ernest). Pour cet événement et son emblème, Sophie Nauleau, qui est aussi l’auteur d’Espère en ton courage (Actes Sud, février 2020), a fait appel à Sandrine Bonnaire. L’actrice et réalisatrice, marraine de l'édition 2020, a mené, au côté des musiciens Erik Truffaz, Alice Botté, Marcello Giulani, Dominique Mahut, Pedro Soler, Gaspar Claus et avec le comédien Denis Lavant, le spectacle d’ouverture le 10 mars au Bataclan. Elle a lu, en accord avec la musique, des textes de Joël Bastard, Louis Aragon, Boris Vian, Assia Djaber, Jacques Higelin, Claro… Sa voix entrait en résonance avec le son des instruments.
Sandrine Bonnaire a publié avec Tiffy Morgue et Jean-Yves Gaillac, un recueil de Conversations sous le titre, Le Soleil me trace la route. Il raconte le parcours d’une vie, la sienne, de la petite enfance à 2009, date de la publication du livre. Dans ces entretiens, l’idée de « courage » est récurrente. Comment penser cette notion, loin d’une image de la posture héroïque ? « Il y a des peurs que l’on dépasse grâce à un rôle, il sert à nous booster, à dire oui à des audaces pour être un personnage devant une caméra », dit Sandrine Bonnaire à propos du tournage de Jeanne La Pucelle, film réalisé en deux parties par Jacques Rivette, sorti en 1994, qui retrace l'épopée de Jeanne d'Arc. « Avec Rivette, nous avons préféré nous intéresser à la femme libre et courageuse ». « Mes références vont toujours vers l’humain, que l’on soit actrice, spectateur ou même Jeanne d’Arc, nous partageons tous les mêmes sensations primaires, comme la peur de souffrir et de mourir », dit-elle encore. Dans un téléfilm de François Luciani, – inspiré du procès de Bobigny (1972) qui s’est transformé en événement national à l’initiative de l’avocate Gisèle Halimi pour dénoncer l’injustice faite aux femmes (deux ans plus tard, la loi Veil, dépénalisant l’interruption volontaire de grossesse, était votée), – Sandrine Bonnaire a trouvé « important de saluer le courage de toutes ces militantes dans leur combat pour obtenir la légalisation de l’avortement ». Le courage, comme une fidélité à soi-même. Lorsqu’en 1989, Raymond Depardon propose à l’actrice de vivre trois mois de tournage dans le désert saharien, il lui a fallu faire preuve de patience, de ténacité, de courage aussi. Elle était coupée de tout repère, éprouvant la solitude et le silence, comme son personnage. Depardon évoquait dans son film, (La Captive du désert), la captivité de l’archéologue Françoise Claustre enlevée par des nomades Toubous dans le Nord du Tchad, de 1974 à 1977. Au commentaire de ses interlocuteurs sur l’attente et les menues occupations de son personnage pour se distraire, Sandrine Bonnaire répondait : « J’ai pensé que dans cette attente interminable, les jours où le courage est là, on essaie concrètement de tuer le temps. Alors je me suis souvenue de mon fil rouge : jouer avec ce que j’ai. Sous ma hutte, j’ouvre à nouveau mon petit sac dans lequel chaque objet fait surgir des souvenirs. Je ne les garde pas en main trop longtemps parce qu’ils me rendent triste. Je parcours pour la cinquantième fois mon agenda en récitant les numéros de téléphone. Je dessine sur le coin d’une page si j’ai la chance d’avoir encore un crayon. Juste un petit dessin, parce qu’il faut garder du papier pour plus tard. Oui, chaque geste prend des proportions énormes. »
On sait que la poésie, et la littérature en général, est très présente dans la vie de Sandrine Bonnaire. Elle dit avoir découvert de nombreux auteurs grâce à Bernard Sobel. Fondateur dans les années soixante du Théâtre de Gennevilliers, il a mis en scène plusieurs textes de Bertolt Brecht, et notamment La Bonne Âme de Setchouan en 1990, avec elle dans le rôle de Shen Té. Aussi, le lien entre littérature et cinéma est manifeste dans sa filmographie, quand on pense à ses rôles dans Un cœur simple (la première nouvelle des Trois contes de Flaubert) réalisé par Marion Laine ou dans Voir le jour de Marion Laine également, adapté d’un roman contemporain, Chambre 2 de Julie Bonnie, dont la sortie est prévue (espérée) le 22 avril 2020…
 
NATHALIE JUNGERMAN
 
Jean-Pierre Verheggen
« Courage / Courrèges »
Inédit pour le Printemps des Poètes

 
 
Rappelons-nous que la poésie se niche aussi dans les voisinages, tant congrus qu’incongrus,- voire crus ! - de mots parfois peu congénères qui sommeillent dans le même dictionnaire !
Qu’on les réveille et voilà le substantif courage, apparemment sans cousinage avec la poésie, qui soudain s’accoquine, de manière inattendue, avec André Courrèges, le grand couturier, inventeur, dans les années 60 de la jupe-culotte qu’osèrent porter en rue de courageuses femmes prêtes à affronter les quolibets, les regards lubriques, les injures et autres harcèlements machistes d’effrontés « passant qui passent »
 
Saluons donc, aujourd'hui plus que jamais, ces « hirondelles printanières », ces militantes avant-gardistes qui n'hésitèrent pas – ô avril ! – « à se découvrir d'un fil » pour défendre la Beauté et la Liberté poétique de leur corps !
 
Si vous avez envie de lire ou relire les articles des derniers numéros de FLoriLettres, ils sont à cette adresse, sur le site de la Fondation La Poste :
 
 
FloriLettres
 
 
Chacun est invité à rester chez soi pour éviter la propagation du virus Covid-19. C'est l'occasion de découvrir l'exceptionnelle offre culturelle numérique proposée par le ministère de la Culture...
 
 
Cet email a été envoyé à nathalie.jungerman@laposte.net.
 
 
© 2017 Fondation d'entreprise La Poste